Back

Anna Raimondo

24
Chapelle du Rond-Chêne
Rue du Culot
Tourinnes-la-Grosse


Mediterraneo, 2014. Video-Performance, Courtesy de l’artiste et de la galerie Arte Contemporanea, Bruxelles

S’approcher lentement… Puis s’installer dans cette chapelle isolée. Enfin, s’abandonner à la douceur du lieu qui progressivement s’estompe à la mesure qu’un verre se remplit d’eau. Une pure et simple goutte d’eau nous entraîne. Elle accroche le regard, mais surtout semble diluer l’ouïe. Bientôt une voix féminine nous hypnotise. Répétitive et lancinante, elle reprend, de temps à autre, son souffle et inlassablement prononce le même mot, évoque la même mer. Les oreilles n’ont pas de paupières, on ne peut s’en détacher.

On mesure le temps qui passe et on cherche le temps qui reste à l’aune du remplissage progressif du verre. On s’évade vers la mer à l’écoute de la voix sur un plan fixe, mais son mouillage progressif connote quelque chose d’un potentiel danger. La voix semble s’immerger. Le mot devient liquide. Ils se transforment tous deux, convoquant d’autres sensations. L’abandon devient malaisé. Mais toujours on y reste…

Peut-être parce que dans une société tant captée par les images, il nous plaît de voir nos oreilles prendre le dessus. On y reste, non sans turbulences, peut-être aussi pour devenir cette voix, cette femme, l’eau…