Hello world

Posts By: NicolasTourinnes

Aimé Mpané

Je me suis inspiré des objets traditionnels Kuba de divination à la figuration zoomorphe. Ces instruments, dits les oracles à frottement (itombwa), ont été employés pour intercéder entre les devins et les esprits de la nature afin de déterminer la cause des maladies et aider à définir les traitements appropriés.

Cambyse Naddaf

«… c’est peut-être ça que je suis, la chose qui divise le monde en deux, d’une part le dehors, de l’autre le dedans, ça peut être mince comme une lame, je ne suis ni d’un côté ni de l’autre, je suis au milieu, je suis la cloison, j’ai deux faces et pas d’épaisseur… » (S. Beckett)

Emmanuelle Quertain

J’ai peint ce tableau, car, à la base, il est issu d’une photographie que j’ai reçue de la part de quelqu’un qui sait que je m’intéresse aux jardins, aux paysages et aux fleurs, sans en connaître les raisons précises.

Laurent Quoidbach

Tourinnes-la-Grosse porte mal son nom. On devrait l’appeler « Tourinnes-la-Petite ». À l’instar du triangle des Bermudes ou du Loch Ness, le village est victime d’un phénomène étrange et totalement inexpliqué.

Pierre Lizin

Le travail s’intéresse à la ville, à la manière dont elle digère ce qui la compose pour le régurgiter sous forme de succédané. C’est une tentative de comprendre les grands cycles de constructions/déconstructions qui y sont à l’œuvre.

Frédéric Gaillard

À travers ses machines qui produisent, génèrent ou transforment, à travers ses installations ou ses objets façonnés, Frédéric Gaillard questionne les modes de productions et de réceptions liés à une pratique de la sculpture.

Benoît Félix

Benoît Félix prend les choses à la lettre. Le dessin n’est plus pour lui le dessin de quelque chose, mais un tracé qu’il essaye de saisir comme tel : comme si c’était une chose. Il découpe donc ses dessins pour pouvoir les tenir ensuite en mains…

Aurore Dal Mas

Polvere, surface de poussière charbonneuse de laquelle émerge un souvenir obscur. Des monochromes calcinés, dont les sujets implosent, leurs particules vibrant encore d’une étrange façon ; des objets qui absorbent une dernière lumière avant de l’emmener vers le néant ; des êtres moelleux comme le fruit entamant sa macabre maturation.

Évelyne de Behr

Par détournement et installation d’images, tisser des relations, cibler les parcelles du dedans. S’agissant de territoire, de limite, tenter de saisir cet instant de basculement d’une image, d’un contexte, vers son appropriation. Pour soi, en soi.

Camille Dufour

Les gravures sont hantées par l’ascension et la disparition de George Mallory dans son expédition sur l’Everest. En présence d’un temps suspendu, la montagne organise l’espace sur lequel les corps se plient, s’élèvent, se fondent.

Dominique Baudon

« Dé-plier », « dé-jouer », « dé-couper », « dé-coder » « dé-sacraliser », coller, trouer, coudre, dessiner, détacher… pour humaniser, distancier, détourner, « dé-traumatiser », grincer, « sous-rire »…

Pierre Martens

L’art est le support privilégié pour rencontrer une personne. L’œuvre sincère (qui n’est pas dans un rapport d’emprise) se charge des attitudes, valeurs, croyances de son auteur pour constituer des formes qui s’actualisent par l’accueil de ce qui arrive.

Diégo Wéry

Construire une ruine est une installation de 7 peintures sur pieds. Le choix du titre fait référence à la contemplation d’un reflet du passé dans un miroir du présent. Construire une ruine est une opposition du temps sur la matérialité.

Joëlle Bosmans

Joëlle Bosmans vit à Bierbeek, de l’autre côté de la frontière linguistique, dont le tracé l’a menée jusqu’ici. Depuis toujours, certaines traces s’imposent à elle et leur mise en mémoire est incontournable.

Tristan Robin

C’est principalement par le dessin que Tristan Robin développe depuis de nombreuses années une réflexion sur notre environnement contemporain, que ce soit à travers l’habitat pavillonnaire et le conformisme mortifère qu’il engendre, ou en questionnant les limites entre les actions quotidiennes les plus triviales et leur mise à distance…

François Huon

À la recherche de mon écriture artistique, je me suis pris au jeu de réaliser des formes qui pourraient servir de signes. Articuler ces signes entre eux pour créer un langage plastique m’a permis d’élaborer un système linguistique ouvert.

Anne Dejaifve

Au rétrécissement du monde s’opposent l’espace pictural et ses suggestions d’élargissement. Les différents champs qui constituent l’œuvre seront sans cesse illimités si ceux qui les parcourent participent à leur extension.

Max van der Linden

Max van der Linden, dit Miqui, né en 1922 et décédé en 1999, a certes été le fondateur et l’animateur des Fêtes de la Saint-Martin dont on organise en cette année 2015 la cinquantième édition. Il n’a pour autant jamais délaissé son art, la céramique, résultat d’une vocation très précoce de raconteur d’histoires.

Les Fêtes

En 2016 les Fêtes de la Saint-Martin célèbrent leur 51e anniversaire. Depuis 1965, chaque mois de novembre, les habitants de Tourinnes-la-Grosse…
Lire la suite »

Eva Evrard

Eva Evrard, née à Marchin en 1984, vit et travaille à Bruxelles. Cette fille de céramiste est diplômée de l’ENSAV de La Cambre où elle a étudié la typographie avant d’explorer le livre d’artiste, la sculpture et l’installation. Son travail est une réflexion précise et méticuleuse sur la forme et combine minimalisme, sculpture et pensée conceptuelle.

Gert Verhoeven

Gert Verhoeven est né en 1964 à Leuven. Il travaille avec des dessins, des sculptures et des vidéos. Plus que les résultats d’un processus de création, ils forment ses outils de travail. Ce n’est pas tant l’invention de formes ou d’un style qui est important pour l’artiste, mais l’exploration des possibilités offertes par les beaux-arts et la détermination de la place de l’art dans le réseau des pratiques sociales.

Safia Hijos

Pour Safia Hijos le médium céramique reste au service d’un propos symbolique et politique qu’elle met en forme à travers des sculptures signifiantes et narratives. L’artiste décline un questionnement universel avec de petites et grandes histoires qui parlent subtilement de sujets au caractère souvent banal et parfois graveleux.

Maëlle Poupard

Le parcours de Maëlle Poupard a sans aucun doute influencé son travail qui questionne un ensemble de notions d’apparences contradictoires telles que l’artisanat et l’art, l’histoire et le présent, la technique et le concept, la matière et l’esprit. Fascinée par les processus de transformations, Maëlle Poupard crée des micro-univers sous forme d’installation/performance animée par une poétique de la matière et du geste.

Marieke Pauwels

Dans son travail, Marieke Pauwels interpelle l’antithèse entre l’occident et l’orient ; elle balance entre le spirituel et le physique, le religieux et l’érotique, l’éternel et l’éphémère. Le paysage prend aussi une part importante, il est le cadre dans lequel se produit une quête fondamentale, mais il est également l’approvisionneur de la matière.

Anne Lenaerts

Anne Lenaerts interroge le processus de mise en forme et l’apparition de la couleur ; de la plasticité de la terre argileuse à la fusion colorée de l’émail. Elle met en place des conditions techniques parfaitement maîtrisées et laisse l’image se révéler de manière poétique en créant des glissements de sens.

Rachel Labastie

Manipulant les paradoxes, Rachel Labastie joue sur l’ambiguïté de formes à la fois séduisantes et dérangeantes. Dans un permanent jeu de forces contraires, elle nous invite à voir au-delà de l’apparence des choses.

Jean-François Bourlard

Avec son “raku punk”, Jean-François Bourlard revisite de manière inédite et avec une énergie très rock’n roll ce populaire type de cuisson. Il se définit comme un potier qui réalise des sculptures, des performances et des installations. Jean-François Bourlard expose et intervient régulièrement en France et à l’étranger.

Caroline Andrin

Depuis 2006, Caroline Andrin est professeur responsable de l’option céramique à l’ENSAV de La Cambre. Son travail personnel se situe entre art et design. Il est profondément ancré dans un processus qui lie savoir-faire et réflexion conceptuelle autour de l’objet.