Back

art et marges musée – Dominique Vrancken

5
Chez Marilise et Albert Niesten
Au Moulin de Tourinnes
Rue de Beauvechain 1a
Tourinnes-la-Grosse

Depuis sa création en 1984, le Centre de Recherche et de Diffusion d’art outsider «Art en Marge» devenu en 2009 «art et marges musée» défend des artistes qui ne s’inscrivent pas dans le circuit culturel officiel. Ces créateurs autodidactes travaillent isolément ou dans des ateliers créatifs pour personnes psychologiquement fragilisées ou handicapées mentales (www.artetmarges.be).

De la ligne de vie que l’on tente de devancer en se projetant sur sa fin, l’enchevêtrement de lignes, lui, nous refixe en un point. En un temps, peut-être le milieu de la vie. Ainsi, dense, haché ou étroit, le trait de Dominique Vrancken est partout. Il dessine des couches de gens superposés sur un même support en une concentration étourdissante. Mais dans cet apparent tohu-bohu, chacun se révèle bien visible, préservant de la sorte une part d’individualité. Chaque individu est aussi inexpressif, le regard froid et lointain. Le sentiment d’une profonde angoisse liée aux relations entre les êtres se mêle à quelque chose de doux et de tendre. Pour sonder cette contradiction, on tente de réveiller nos zones secrètes en cherchant des souvenirs dont il ne reste que d’infimes traces. On cherche encore une fois la sensation de ce moment précis où l’on est conscient de sombrer dans le sommeil, cet état étrange qui nous échappe. Peut-être que là, sur l’écran de la mémoire où défilent résurgences, obsessions et fantasmes, se trouve le lien avec ces êtres enchevêtrés ?

Dominique Vrancken est né à Liège en 1960. Il a fréquenté plusieurs années l’atelier 17 de Barvaux sur Ourthe, lieu de création et d’épanouissement pour personnes handicapées mentales ou souffrant de troubles mentaux. Il y a rempli les deux faces de nombreuses feuilles de papier avec des corps un peu fantômes, inspirés entre autres de catalogues de prêt-à-porter, vides de toutes substances mais d’une force expressive fabuleuse.