Denys Piret

Description de l'œuvre

Des Clous – Denys Piret 2019 – matériaux de récupération et technique mixte

Autrefois, chaque paroisse organisait une, voire plusieurs processions annuelles dont le but était double, à la fois rituel et religieux. Les paroissiens défilaient solennellement d’un lieu à un autre, tout en priant, chantant ou accomplissant d’autres actes de dévotion. Les processions étaient anciennement appelées « tours ». Cette notion est toujours présente dans la l’étymologie du mot Ommegang  qui signifie “aller autour” en vieux néerlandais.

Pendant ce tour, il était d’usage en Belgique, mais aussi dans d’autres régions, de planter des clous dans certains arbres. La réputation de ces arbres votifs se fonde sur l’ancienne croyance populaire qui estimait qu’un mal physique (son mauvais esprit) pouvait, par un processus rituel, être extirpé du corps et cloué à un arbre. L’élimination du mauvais esprit entraînait ainsi la guérison.

La présence des arbres à clous rappelle aujourd’hui une des dernières survivances de rites antiques issus de diverses formes de paganisme comme en il en existe encore sur d’autres continents. L’œuvre, faite à partir d’un ancien linteau clouté, présente des similitudes avec certaines « statues à clous » du Congo. Comme les arbres à clous, ces idoles mystiques ont le pouvoir d’éloigner le danger et les blessures et de renvoyer les mauvais sorts.

En savoir plus...

Ingénieur-Architecte de formation, je nourris depuis toujours un intérêt pour la sculpture qui m’apporte le plaisir de poursuivre la mise en œuvre concrète du processus de conception sans la lourdeur des opérations nécessaires à la réalisation des projets d’architecture.
Initié au travail du métal aux Ateliers de la rue Voot (Woluwé-Saint-Lambert) depuis 2000, j’ai poursuivi ma formation à partir de 2010 à l’Académie de Bruxelles, dans l’atelier de sculpture monumentale de Bob Van der Auwera.
Mes premiers travaux étaient essentiellement conçus à partir d’une pièce métal récupérée, témoignant d’une existence précédente et sélectionnée pour son caractère affirmé. Les qualités formelles de ces pièces récupérées s’intégraient dans une composition plus neutre et non figurative.
Mon évolution actuelle reste orientée sur ces constantes, mais tend à privilégier la forme abstraite. Je développe parallèlement des constructions géométriques en acier dans lesquelles la rigueur des formes élémentaires assemblées est rompue par la recherche de l’équilibre précaire de structures plus complexes.

45

Rue du Pré de Litrange 7

Hamme-Mille

Coordonnées

Denys Piret
0477 260 516

alternate_emaildenys.piret@skynet.be

keyboard_backspaceVers la galerie