Back

Maya Lerman

Tourinnes-la-Grosse, c’était pour Maya, qui vit depuis deux ans à Bruxelles, une sortie de sa «banque d’images», une incursion dans des paysages éloignés qui n’évoquent rien de connu. La distance avec son pays crée un état particulier, changeant, complexe, qui mêle manques et délivrances. Maya parle d’appropriation d’un nouveau lieu de vie à travers le prisme de celui d’origine.

01BMaya2Elle suggère la recherche apparemment contradictoire du familier et de l’inattendu, voire de l’adversité. Elle nous emmène surtout du côté des icones et représentations que l’on construit de sa culture et qui, paradoxalement, la préserve.

D’un côté du mur de plâtre, un film avec des musiciens tziganes qu’elle a rencontrés en rue. Ils jouent seul, en studio, la même mélodie traditionnelle, Hava Nagila, dans une interprétation pour touristes. De l’autre, trois dessins de fenêtres typiques de Tel Aviv en trompe-l’œil réalisés par des peintres de restaurants orientaux. Elles sont redessinées comme chaque habitant d’un immeuble s’approprie sa fenêtre, cet espace entre son monde et ce qu’il en montre aux autres, et ainsi dérange ou personnalise l’architecture.

En s’approchant de l’installation, on s’abandonne à la musique et aux images ; aux notions de proximité, d’éloignement et d’adaptation. On tourne autour d’elle et se mêlent les musiciens, les fenêtres peintes et les fenêtres réelles. Le mouvement transforme la perception du lieu, des images et des sons. L’ensemble se donne comme une expérience qui explore les filiations, divergences et connivences entre des réalités simples, authentiques et leurs reproductions stéréotypées, mercantilisées.

Pauline Meunier

Maya Lerman est née à Tel-Aviv en 1978. Elle a étudié les Beaux-Arts à l’Académie d’Art et de Design de Bezalel à Jérusalem, dont elle est diplômée en 2001, en ayant participé à un programme d’échange à Berlin. Elle obtient ensuite, en 2005, une licence de perfectionnement à l’Académie d’Art et de Design Bezalel de Tel-Aviv suivie, la même année, de sa première exposition personnelle : Don’t get me wrong.

Depuis 2003, elle a participé à plusieurs expositions de groupe, notamment au Musées des Arts de Tel-Aviv et à celui d’Israël de Jérusalem ou encore à la Biennale internationale d’Istanbul de 2005. Elle a obtenu plusieurs prix et bourses d’étude dans son pays.