Back

Roman Opałka

17
Chapelle du Rond-Chêne
Rue du Culot
Tourinnes-la-Grosse

Derrière l’illusion de la répétition se dégage alors la composante quasi mystique, l’idée sculptée du temps qui passe.   
Roman Opałka

À partir de 1965, l’artiste polonais, Roman Opałka décide de couvrir chacune des toiles qu’il réalise d’une suite de nombres se poursuivant d’œuvre en œuvre. Cette façon d’inscrire l’écoulement du temps vécu et sa trace irréversible s’accompagne d’un protocole immuable. Chaque séance donne lieu à la récitation des nombres en polonais (sa langue natale) et, lorsqu’il termine de couvrir une toile de chiffres, à la réalisation d’un autoportrait photographique en noir et blanc. Ces derniers, cadrés sur son visage, se veulent les plus neutres possible.
Ce travail photographique systématique de Roman Opałka est une composante essentielle d’une démarche qui, depuis près de 40 ans, est unique et sans compromis. C’est cette partie de l’œuvre, sans doute moins connue que l’activité picturale, qui est au cœur des trois pièces présentées à Tourinnes.
Symptomatique de la posture de l’artiste face au temps, le portfolio complet rassemble 50 autoportraits, couvrant la période de 1972 à nos jours. Chaque portrait est imprimé en offset en bichromie sur une double page avec en regard le nombre auquel l’artiste était arrivé au moment de la prise photographique.
L’ensemble est complété par le texte fondateur de sa pratique “Statement d’Opałka 1972” qui précise que cette succession de visages « atteste l’apparition des marques de vieillesse, de cette lente progression vers la mort ». Cet écrit est reproduit dans le portfolio dans sa version manuscrite originale, signé dans la page, ainsi qu’en français et en anglais.

Catherine de Braekeleer,
Directrice du Centre de la Gravure et de l’Image imprimée (La Louvière)

Œuvre sonore : courtesy : collection Veys-Verhaevert

Photographies : Roman Opałka, 1965/1 – ∞, Offsets en bichromie, 2010 (détails).

 
Photos fournies par le Centre de la Gravure et de l’image imprimée de La Louvière.