Dominique de Wilde

Description de l'œuvre

« LA TOUR – PHARE EN HAUT DE LA COLLINE »
Dominique De Wilde, Brian Minikin, Charlotte et Thomas Wuillaume
Œuvre inspirée par la tour de l’Église Saint-Martin de Tourinnes-la-Grosse

Je suis une nouvelle habitante de Tourinnes-la-Grosse. J’ai vécu des choses fortes avec et autour de la tour de l’Église Saint-Martin lorsque nous sommes arrivés dans le village, juste avant le confinement lié au Covid, en février 202.
0J’ai voulu ici créer une œuvre pour l’honorer et la remercier.
Cette œuvre parle de ce que j’ai vécu avec et autour d’elle.

Lorsque nous avons emménagé ici, nous avons commencé à explorer notre beau village, et puis…tout s’est arrêté… plus de gens, plus d’amis, plus de magasins, plus de voitures dans les rues… plus rien. Oh !
Tous les jours, nous allions nous promener… nous montions à l’église, on s’arrêtait chaque fois ébahis devant la tour… ooh…qu’elle est belle, ooh qu’elle est grosse ! Regarde, il y a en deux encore derrière… Elle a mille ans ? Quoi ! tu rigoles ? Non, elle a mille ans ! Wow… mille ans… tu imagines ? Elle en a vu des mariages, des enterrements… des guerres, des libérations, des joies, des peines, des messes et des prières…
La tour nous regardait, calmement, généreusement, nous, les petits nouveaux… tous les jours ça se répétait. Elle nous accueillait, toujours généreuse, toujours belle, toujours resplendissante sur sa colline.
Le soir, elle brillait de mille feux.
On en avait jamais assez, on n’en avait jamais fait le tour…
La tour, c’était notre phare… notre phare sur la colline…notre phare dans le désert, dans la solitude et le silence ambiant.
Sa présence, forte et solide, nous disait « ça ira, vous verrez, j’en ai vu d’autres moi… la vie reviendra et elle sera belle ».
Toute la famille a participé à l’œuvre, j’ai imaginé, conçu, dessiné, peint ma tour-phare. Brian, mon compagnon m’a aidée avec la construction en bois, thank you so much ! Mes enfants s’y sont mis. Ma fille Charlotte a peint une belle cascade qui représente le silence et le calme de la nature que nous avons pu mieux découvrir et apprécier à travers le confinement. Mon fils Thomas a imaginé une horloge dont un morceau a été grignoté par des petites boules de corona… ce Covid qui nous a « volés» , comme il dit, des mois de notre vie, des mois de temps, ce temps qui est notre vie… comme les anniversaires qu’on ne peut plus fêter avec les copains au paintball….
La lampe de mon phare est comme la lumière et la chaleur que la tour nous donnait dans la nuit du confinement.
Mon Barbasaintmartin, que j’aime beaucoup, parle de ces bras larges et forts qui nous ont entourés, rassurés et portés.
La cascade de Charlotte parle de ce calme, ce silence, le son de la nature… que le confinement nous a finalement appris à connaître, à apprivoiser… à savourer comme jamais avant. Et ce quand nous avons pu traverser l’angoisse initiale du vide, du silence, de la solitude.
Les 1000 ans, les 10 siècles, des personnages, des événements… des choix ?… au hasard… personnels… de ce gros paquet de mille ans de notre monde.
L’horloge de Thomas grignoté, ce temps de sa jeune vie « volé » par les petites boules de corona.

Merci la tour, merci l’Église Saint-Martin de Tourinnes, merci la vie.

21

Rue de Beauvechain 71

Tourinnes-la-Grosse

Coordonnées

Dominique de Wilde
Rue de Beauvechain 71
1320 Tourinnes-la-Grosse
0495 843 679

alternate_emaildominique.dewilde@gmail.com

keyboard_backspaceVers la galerie